• Voici un guide pour tous ceux qui souhaitent préserver – ou retrouver – un art de vivre en lien avec leur Nature profonde. Le risque, lorsque l’on s’éloigne de ce que l’on est au plus profond de son être, c’est que la peur guide les actions et les pensées, plutôt que la joie et l’envie. Comment augmenter d’année en année notre capacité au bonheur malgré les épreuves de la vie? Quel sens donner à ce que nous expérimentons pour que cela soit plus fluide à vivre et nous aide à grandir vers plus d’harmonie ? Prendre soin de soi, apprendre à mieux se connaître, se connecter à ses ressentis, se laisser toucher par son propre regard, respirer sa vie, danser son énergie et OSER sa liberté, et ce, en communiant avec la Nature, à travers les saisons et la loi des cinq éléments.
  • De 1905 à 1916, à Tamanrasset, initialement village d’une vingtaine de cabanes en roseaux du désert, Charles de Foucauld a partagé la vie des Touaregs de l’Ăhaggar, il a étudié leurs mœurs et leurs coutumes dans les moindres détails. Il voulait être touareg parmi les Touaregs pour mieux leur faire partager son amitié et sa charité ; ses ouvrages révèlent, en ordre dispersé, leur manière de penser, de réagir et d’exprimer leurs sentiments. Le regroupement de ces observations dessine l’âme touarègue telle qu’elle était à l’aube du XXe siècle. Ce qui donne l’occasion de s’interroger sur les évolutions qu’elle a connues un siècle plus tard et qui font que les Touaregs forment encore un peuple particulier. Michel Bourgin est historien de formation. Saint- cyrien, il effectue une carrière militaire de logisticien et a ses premiers contacts avec le monde musulman à Sarajevo, en Ex-Yougoslavie en 1997. À partir de cette date, il approfondit ses connaissances sur Charles de Foucauld et les Touaregs du Grand Sud algérien.
  • Moins d’un an après son arrivée au front, Michel Courtois, pilote de chasse déjà capé, décide de changer de mission pour voir la guerre ­autrement : il va se faire oiseau de nuit et combattre éclairé par la Lune. Alors que le IIIe Reich n’en finit pas d’agoniser, après trois ans de lutte, c’est le moment de porter le coup de grâce. En mars 1943, les Allemands lancent leurs dernières forces dans la nuit pour retarder l’inéluctable.
    Suite et fin de cette Seconde Guerre Mondiale alternative à travers les aventures d’un pilote de chasse français. L’auteur réalise ici une vraie prouesse, tant dans le rythme de son écriture que dans son­imagination… jusqu’à inventer les avions de chasse dont il décrit les combats avec une précision époustouflante.
  • Ce livre est avant tout une autobiographie, mais il a l’originalité d’être aussi un ouvrage de linguiste. Tinny Whitaker a pour langue maternelle l’anglais et pour langue d’adoption, le français. Elle aime détailler avec gourmandise toutes les difficultés du français, tous ces obstacles que rencontrent les Anglais qui veulent apprivoiser notre langue, mais elle n’oublie pas de détailler les chausse-trapes que rencontrent ses stagiaires français en anglais. L’humour anglais est bien connu, en voici un échantillon particulièrement jubilatoire pour qui s’intéresse à ces deux langues, qui comme les peuples concernés n’ont jamais cessé de conjuguer les « je t’aime, moi non plus », chacun de leur côté de la Manche.  Son voyage personnel commence donc en Angleterre avec son premier cours de français à l’âge de 8 ans et se termine presque 60 ans plus tard en France avec sa demande de nationalité française. Deux parties pour un seul texte dédié à la langue française qui la passionne : elle jongle entre l’apprentissage de la langue (Le Rêve) et une montagne de questions face à autant de règles et d’exceptions (La Réalité)… sans être certaine d’avoir trouvé la bonne réponse ! 
  • Une année solaire, c’est le fruit d’un an de travail des élèves de 3e du cours hebdomadaire de « Français + » au collège du Sacré-Coeur, à Richelieu. Un an d’écriture, d’imagination et d’ambition : celle d’écrire un « vrai » livre rassemblant des récits policiers, fantastiques ou intimes, certains drôles, d’autres touchants, d’autres effrayants. Pari réussi ! Et pourtant les élèves n’y croyaient pas, eux qui pensaient être incapables d’écrire, et qui maintenant aimeraient bien que d’autres renouvellent cette belle expérience.
  • Scientifique, certes, mais resté dans son for intérieur l’enfant de paysans qui courait dans la montagne, l’auteur a gardé le goût de la nature dans sa simplicité et sa richesse. Quelques chats, des hirondelles, un taureau… mais aussi un ballon ovale, des voyages entre amis à Istanbul, à Amsterdam ou en Bretagne. Pour lui, tout est prétexte à manier la rime avec gourmandise et humour, sans oublier de passer quelques messages à ses petits-enfants et à qui voudra bien le lire. Car ce raconteur d’histoires est aussi philosophe à ses heures, sans avoir l’air d’y toucher, bien sûr. Une lecture revigorante !
  • Carriolus

    19,80
    Un voyant garagiste, deux amoureux, une 2 CV, un départ en vacances qui se transforme en voyage dans le temps… Et hop, atterrissage en… 1516 ! Raoul, devenu Carriolus, et sa chère et tendre Clara ne sont pas au bout de leurs surprises… François Ier et Léonard de Vinci non plus ! Emporté dans une fantaisie historico-humoristique par un auteur passé maître dans l’art d’inventer des situations cocasses, le lecteur s’amuse franchement tout en se demandant ce qu’il va découvrir au chapitre suivant. Mais que peut bien manigancer le baron de Craquenpet ? Qui est le Maître de l’ordre Aeternitas ? Louis Petipois parviendra-t-il à sauver l’honneur de son père grâce à ses nouveaux amis venus du futur ? Et pourquoi diable nos deux héros (et leur 2 CV !) ont-ils été embarqués dans cette aventure ? Et pourquoi à la Renaissance ? Quel suspens ! Patience, tout finit par s’expliquer. Un roman d’aventures plein d’action, de fantaisie, d’humour, d’humanisme et d’optimisme.
  • Michel n’en croit pas ses yeux : c’est bien un enfant qu’il voit là-bas entrer dans l’eau en plein hiver, son cartable à la main ! Il se précipite… Comment Jérémy, huit ans, en est-il arrivé là ? Un instituteur tout-puissant, bien noté par sa hiérarchie, apprécié des parents, l’a humilié. Proscrit, l’enfant a fini par se croire coupable de tout et, malgré la bienveillance de ses parents, s’est muré dans un silence de plus en plus profond. Avec finesse et sensibilité, Alain Licoine livre ici un récit à la fois touchant, lucide et questionnant. Lui qui connaît si bien les rouages de l’école entraîne le lecteur à mieux les comprendre. Et surtout à réaliser comment certains individus peuvent en profiter pour nuire bien trop longtemps en toute impunité. Alain Licoine, né en 1948 dans la Vienne, a essentiellement travaillé au service des enfants dans la région de Poitiers. Avec la retraite, il a retrouvé le goût d’écrire mais aussi celui de la photographie et de la découverte des paysages au cours de ses nombreux voyages en France.
  • Tout conte fée… pourquoi ne pas associer une maman et sa fille au lien indéfinissable à l’écriture d’un recueil de poésies pour enfants ? L’enfance : une période privilégiée entre ces deux femmes qui s’écrit au travers de leurs mots et illustrations.
  • Au programme ? Un flic, Raoul Pénichot, un autre, répondant au surnom de Gus, leur patron, Ferdinand Robinet, un psy, Guilbert Tacar, la pulpeuse Pénélope Lajoie, un légiste, Jean-Guy Lamor, puis un autre… Toute une galerie de personnages bien campés entraînés dans une folle histoire à la recherche d’un tueur pas comme les autres, à Tours et aux alentours. Un monstre inquiétant de la pire espèce : un éparpilleur ! Ce cocktail détonant et jubilatoire d’horreur et d’humour noir maintient le lecteur en haleine au fil de rebondissements inattendus où la verve de l’auteur s’exprime avec gourmandise.
  • Matlanu

    18,00
    Nancy Kay Fall nous plonge dans son imaginaire à travers l'histoire d'enfants dont les liens avec les forces de la Nature sont racontés avec poésie et émerveillement. En jouant subtilement entre la magie et la réalité, l'auteure éveille les lecteurs à la nécessité de protéger leur planète et à la notion d'union. Des histoires féériques à partager entre petits et grands !
  • Citadelle

    15,00
    Âgé d’à peine quatre ans, un p’tit bout d’gamin livré à lui-même traîne sa frêle silhouette entre les cargaisons qui jonchent les quais des bassins du Havre grouillant de mariniers et de dockers, alors que sa maman se tue à la tâche dans les entrepôts du port. Le pasteur Crowford voit d’un mauvais oeil l’errance du rejeton, sa place n’est pas ici, l’Église doit s’en occuper, quitte à écarter la jeune mère de sa route.
  • Comme un photographe capture des instants furtifs avec son objectif, Claudine Griselin saisit des moments de vie avec sa plume. Dans ce recueil de poèmes et de courtes nouvelles, l'auteur dépeint, avec délicatesse et sensibilité, une personne, un lieu ou un objet. Une écriture à la fois picturale et musicale.
  • Un album plein de poésie, illustré de collages simples et colorés, pour faire découvrir la magie des couleurs aux tout-petits.
  • « Je me suis pardonnée de ne pas être aimée. »
    Hélène Bouhier, de formation juridique, s’est découvert des talents ­artistiques insoupçonnés dont elle s’est servie pour panser ses blessures.
    Des textes d’une écriture délicate, une émotion palpable à chaque vers, une explosion de couleurs dans sa peinture…
    Dans cette palette de mots et de teintes d’une richesse infinie, ­l’auteure se dévoile avec une force inouïe. À partager.
  • C’est l'histoire d'un jeune écolier parisien qui découvre un jeudi matin de juillet 1942 que son meilleur ami a disparu.    
  • Ouvrez ce livre et vous découvrirez l’histoire de La Guibole et Frisou, deux gamins traînant leur misère au bord de la Marne, à Maisons-Alfort, en 1900. Contraints à chaparder pour le compte de Maître Horace, sous la menace du terrible « Chicots noirs », ils survivent tant bien que mal. Réussiront-ils à s’échapper des griffes de ces monstres ?   Ce court récit, enlevé et généreusement illustré, fait irrésistiblement penser aux feuilletons paraissant dans les journaux, il y a bien longtemps. Il nous plonge dans un univers en noir et blanc, où dans la nuit surgit la lumière de l’espoir.
  • Les fabliaux du Moyen Âge parlaient déjà d’animaux traînés en justice, il semblerait que le XXIe siècle veuille renouer avec cette vieille tradition ! Les plus visés sont ces pauvres coqs qui empêchent les néoruraux de dormir… Les occasions de rire et sourire n’étant pas légion, les journalistes s’amusent de ce genre d’anecdotes, et Alain Licoine a repris la balle au bond. Il nous livre ici quelques nouvelles animalières à l’humour bien senti, des histoires vraies ou non mais criantes de vérité psychologique. Avouons-le, les humains ne sortent pas toujours grandis de leurs aventures avec le coq ou la corneille… Quant au chat Picasso, il est bien sympathique ! Un joli moment de détente.
  • Voici un livre sur le dessin pas comme les autres. Pourquoi ? Parce qu’il aborde le dessin sur un mode intuitif, en vous permettant de vous lancer dès les premières pages : le début de ce guide est basé sur l’observation et le lâcher-prise, car oser le dessin, c’est franchir l’a-priori du débutant qui croit qu’il ne sait pas dessiner. Gilse explique ensuite, à sa façon, les principes de la géométrie et de la perspective, avec son souci permanent que les règles, s’il faut les connaître, c’est pour mieux s’en éloigner afin de créer son propre style. Au fil des pages, vous améliorerez votre dessin, en observant le monde qui vous entoure autrement… en le croquant puis en le dessinant ! Alors, osez ! Pastelliste confirmée, Gilse aime exploiter toutes les voies qui s’ouvrent à elle. L’esprit perpétuellement en ébullition, elle se remet constamment en question pour faire évoluer son travail, encore et toujours, testant, telle une alchimiste, toutes les combinaisons possibles entre supports et produits destinés (ou non !) au pastel sec. Professeure de pastel, sa façon bien à elle d’enseigner permet aux élèves, quel que soit leur niveau, d’ouvrir leur regard sur le monde qui les entoure, faisant tomber une à une les barrières des techniques du dessin et du pastel. Dans la même collection, découvrez son premier opus : Osez la couleur. Un guide sur la couleur qui dépoussière aussi le genre !
  • Elle attend

    12,00
    Dans la Bretagne des années 1960, Lucie, orpheline de mère, ne comprend pas pourquoi son père, insaisissable, l’empêche de vivre comme les autres. À une époque où les femmes commencent à s’émanciper, elle découvre Paris grâce à sa tante. Mais un amour désenchanté bouleverse sa vie et l’oblige à retourner vivre dans la maison de son enfance. Quel est donc le secret de famille qui empoisonne sa vie ? Son père finira-t-il par le lui dévoiler ? Et combien de temps devra-t-elle attendre ? Mais attendre quoi ? Passée maître dans l’art d’inventer des histoires à rebondissements, Michèle Plond nous raconte avec finesse la façon dont se tricote un destin. 
  • Bienvenue dans l’imaginaire de DOUiT ! La première collection de cahiers pour enfants qui propose une histoire et des activités qui donnent vie à ses personnages : des dessins à colorier au fil de l’histoire, mais aussi des objets à créer avec beaucoup de récup’, que les enfants (à partir de 5 ans) feront seuls ou avec les grands, sous l’oeil attentif de DOUiT. Cookie la marmotte, comme toute sa famille, hiberne depuis des semaines. Ce matin-là, elle est la seule à se réveiller. Sans faire de bruit, elle sort de son terrier pour véri er si le printemps est enfin arrivé… Mais tout ne se déroule pas comme prévu…
  • Être harcelé au travail, ça n’arrive pas qu’aux autres. Pourtant, Louise, la narratrice ne s’y attendait vraiment pas. Tout allait bien, son travail lui plaisait, elle avait de bons rapports avec ses collègues et ses supérieurs, et l’âge de la retraite approchait tranquillement. Seulement voilà, un beau jour, la direction change. Entre en scène Catiche Pernicieuse. Celle qui paraissait très avenante à son arrivée se montre peu à peu hypocrite et imbue de son pouvoir. Louise, qui avait tout fait pour l’aider, est bientôt l’objet de manoeuvres sournoises qui ne cessent de se répéter, avec la complicité agissante de sa collègue Perfide Nidoreux. Et c’est l’engrenage, la fatigue nerveuse, les soucis de santé, et surtout, le doute et l’incompréhension. Ce témoignage poignant est aussi très instructif, car on y voit comment une seule personne peut être nocive au point de détruire non seulement la vie de ses subordonnés mais aussi une entreprise tout entière.
  • Arlette Bosch, très impliquée dans une vie professionnelle faite d’engagements, s’est toujours intéressée de près à la politique. Favorable aux propos développés par Pierre Mendès France, c’est à la lecture d’un article sur le programme commun de la gauche, signé en juin 1972, que le déclic se produit.  Au cours de la préparation d’un congrès PS en Indre-et-Loire, elle devient représentante du courant François Mitterrand, et au même moment, elle échange avec un jeune assistant à la faculté de droit de Tours : Jean Germain. Ils décident alors de représenter ce courant main dans la main en 1973. Pour Arlette Bosch, ce sont les prémices d’une nouvelle vie, le début d’une véritable complicité et d’une belle aventure qu’ils partageront au service de la Ville de Tours. Elle nous en livre dans cette autobiographie quelques souvenirs essentiels.
  • D’une poésie native, ample de mélanges

    D’une illustration peut-être envoyée aux anges

    D’une sensation de dits libérés

    Gemmes Brutes rassemble des instants de vie

    Et d’après.

      Ce recueil rassemble l’esprit de deux femmes dont les univers se sont naturellement réunis. Marion Moreau, art-thérapeute et musicienne, accorde les mots aux couleurs. Coralie Vivet, praticienne en énergétique, met en couleur les maux. Parfaite évidence que d’unir leur force, leurs émotions et leurs envies dans cet ouvrage qui n’est que poésie.
  • Riccardo Cohen, compositeur tourangeau, a commencé les cours de piano à l’âge de huit ans, en apprenant à sa vitesse, les bases de la musique et de l’instrument. Il a passé avec succès les concours Nérini à Paris jusqu’à l’âge de seize ans. Riccardo n’a pas cessé de pratiquer la musique. Aujourd’hui, il propose simplement, à travers ce recueil, de partager des moments de sa vie, avec des notes répandues çà et là, comme l’on sème des graines dans l’espoir de voir fleurir un jour des bouquets de joie.
  • Riccardo Cohen, compositeur tourangeau, a commencé les cours de piano à l’âge de huit ans, en apprenant à sa vitesse, les bases de la musique et de l’instrument. Il a passé avec succès les concours Nérini à Paris jusqu’à l’âge de seize ans. Riccardo n’a pas cessé de pratiquer la musique. Aujourd’hui, il propose simplement, à travers ce recueil, de partager des moments de sa vie, avec des notes répandues çà et là, comme l’on sème des graines dans l’espoir de voir fleurir un jour des bouquets de joie.
  • Un album plein de poésie, illustré de collages simples et colorés, pour les doux rêves de bébé.
  • Un album plein de poésie, illustré de collages simples et colorés pour parler d’amour avec les tout-petits.
  • Riccardo COHEN, compositeur tourangeau, a commencé les cours de piano à l'âge de huit ans, en apprenant à sa vitesse, les bases de la musique et de l'instrument. Il a passé avec succès les concours Nérini à Paris jusqu'à l'âge de seize ans. Riccardo n'a pas cessé de pratiquer la musique. Aujourd'hui, il propose simplement, à travers ce recueil, de partager des moments de sa vie, avec des notes répandues ça et là, comme l'on sème des graines dans l'espoir de voir fleurir un jour des bouquets de joie.
  • Ah ! Le confinement de ce printemps 2020… On l’aura tous vécu différemment, avec nos doutes, nos espoirs, et surtout nos rêves de liberté ! L’artiste nous propose dans ce carnet ses sentiments journaliers en cette période singulière, avec fraîcheur et poésie. Non, ce n’était pas toujours évident, mais avec un peu de légèreté et d’optimiste, tout est bien plus supportable. 
Aller en haut